AUTOUR DE LA FOURMI MESSOR BARBARUS

Pour les passionnés de l'espèce
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  
Autopassion.net le site dédié à l'automobile créé par ses utilisateurs
Partagez | 
 

 Synthèse du chapitre 4.01-Date 27/01/2013

Aller en bas 
AuteurMessage
LLO
Admin
avatar

Nombre de messages : 292
Age : 38
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 05/02/2011

MessageSujet: Synthèse du chapitre 4.01-Date 27/01/2013   Dim 27 Jan 2013, 17:04

Réflexion sur l'adoption
Robert,Helsen a écrit:
florent a écrit:
Je vais paraître "vieux jeu" mais sincèrement avec la barbarus de telle méthodes sont inutiles, ça la croissance est si importante une fois lancé que tu seras vite dans une tout autre optique de progression. Je trouve objectivement que de tels risques ne sont pas justifiés.
Je partage, évidemment, cette opinion. L’adoption est, dans la pratique, dénuée de bon sens, inutile et dangereuse. J’ai suivi (des années et des années), sur d’autres forums, les commentaires de centaines d’éleveurs mentionnant, en fanfare, la réussite d’une adoption. Cependant il est bien rare (pratiquement jamais), de recevoir la suite de leurs observations. Les plus sérieux signalent leurs échecs et bien souvent la mort de la gyne. J’ai même soupçonné, un certain vendeur, d’employer cette méthode afin de revendre ses gynes. C’est en lisant les déboires de certains (p.ex. la gyne trucidée par ses filles) que j’en ai conclu qu’il avait anguille sous roche. Les combats fratricides donnent aussi la confirmation de cette pratique scandaleuse.
cryx a écrit:
l'objectif de l'opération est de tenter de gommer un peu le dernier inconvénient de la barbarus qui est son démarage lent (à partir de zéro, car avec une colonie de 30 individus acheté ça va encore).
Je ne crois pas que l’évolution soit si lente en fonction d’autres espèces. Toutefois, il faut introduire dans les paramètres que l’essaimage de nos « barbarus » est tardif et que la ponte ne se produit que l’année suivante alors que pour d’autres espèces (essaimage juin / juillet) possèdent au seuil de l’hiver une centaine d’ouvrières. Il s’agit en fait d’une des particularités de l’espèce et rien de plus. Comme le signale « Florent » : une fois lancé tu seras vite dans une tout autre optique de progression. D’autant plus qu’une surpopulation est difficile à gérer et pour de nombreuses raisons (il suffit de consulter les derniers commentaires de mon blog !!!). Un autre point non négligeable, il faut de la place pour garder tout ce petit monde. J’admets qu’il est fascinant et parfois utile de connaître les bases d’une adoption car nous ne sommes pas à l’abri d’un éventuel décès de la reine. Et encore, cela ne sera que bénéfique pour les toutes grandes colonies car pour les toutes petites il est préférable et conseillé de repartir à zéro au lieu de sacrifier la nouvelle venue. Voilà en grande ligne mon opinion. A+bob

Anecdote et expérience sur l'adoption
Robert,Helsen a écrit:
[...] Il est difficile, pour nous « modérateurs », de conseillé une adoption, car le risque reste une probabilité trop grande et en cas d’échec … !!! Il faut aussi attendre quelques semaines avant de crier victoire. Le décès, éventuel, d’une ouvrière posera déjà une grande interrogation quant à son origine (adopter ou non ?). Toutefois, voici en petit commentaire de mon blog qui pourrait, peut-être, te rassurer.
Réf : http://messorbe.canalblog.com/archives/2006/07/10/2533103.html

Adoption de couvain
florent a écrit:
Une jeune colonie produit un nombre d'oeuf proportionnel au nombre d'ouvrières actives. Ajouter des larves (dans le cas ou elles seraient acceptées par la colonie) peut augmenter la charge de travail pour les ouvrières, ce qui peut être néfaste.

Il y a aussi la possibilité d'un conflit d'odeur entre les jeunes ouvrières issues d'oeufs adoptés et le reste de la colonie. Dans le meilleur des cas, les jeunes fourmis sont éliminées, dans le pire des cas, la gyne est tué...
Robert,Helsen a écrit:
Arrow - Ceci rejoint ma petite théorie, que les adoptions, bien souvent citées, ne sont que rarement confirmées par la suite. J’ai pu observer, dans le cas bien précis décrit par Caldric, que c’est la reine qui opère la sélection et les ouvrières ne procèdent qu’aux nettoyages. (La découpe des cadavres et le transport vers l’aire de chasse).
Voici +/- les phases de cette adoption.

1. La reine pond quelques œufs.
2. Introduction des cocons (HS).
3. La gyne soigne les cocons avec grand soin.
4. Naissance des ouvrières adoptées.
5. Les ouvrières dévorent les œufs et les larves.
6. Les ouvrières refusent toutes autres nourritures.
7. Le déséquilibre s’installe.
8. La gyne exécute une par une les ouvrières. (Spectacle désolant).
9. En fonction de la quantité introduite, les ouvrières peuvent éventuellement réagir en tuant la reine et mettre fin, ainsi, définitivement à la colonie.

PS. Les adoptions, ne l’oublions pas, diffèrent selon les espèces et la description citée ci-dessus, ne peut être qualifié de valable pour l’espère « barbarus ».
... Pendant un certain temps, l'adoption peut fonctionner... Mais un beau matin... Plus de reine... affraid

Notons que la plupart des expériences d'adoption de couvain ont été réalisées sur des colonies en fondation. Sur une colonie mâture, l'observation s'avère bien plus délicate.

Facteur olfactif dans l'adoption
Knarf a écrit:
En ce qui concerne l’adoption, [...] j’aurais tendance à privilégier l’adoption de très jeunes ouvrières et non de larves, car apparemment les ouvrières venant de subir leur mue imaginale ont quasiment une odeur neutre (leurs glandes postpharyngiennes stockant les hydrocarbures de reconnaissance en contiennent encore très peu à cette âge).

De plus, toujours à ce stade de développement, le cerveau n’est pas complètement formé, entrainant des problèmes de reconnaissance d’appartenance. (Informations tirées de l’excellent livre «Les fourmis, comportement, organisation sociale et évolution» de L. Passera et S. Aron, dans lequel des exemples d’adoptions entre individus appartenant à des sous-familles différentes sont cités).

Il semblerait aussi que pour certaines espèces, les composantes de l’environnement extérieur direct (nid) mais aussi la nourriture influencent l’odeur coloniale.

Alors malheureusement, le cas spécifique des Messor barbarus n’est pas cité, mais cela peut nous donner des pistes pour d’éventuelles adoptions afin d’aider par exemple une gyne en difficulté :

-> le pain fabriqué par les Messor barbarus serait peut-être un élément important dans le mélange d’odeurs coloniales.
Knarf a écrit:
Mais un autre point qui est intéressant de noter, d’après certains scientifiques, c’est que la larve semble mémoriser «l’odeur»» des larves qui l’entourent. Une fois adulte et donc ouvrière, elle semble être capable d’identifier ce type de larves pour s’en occuper en priorité (même si c’est une espèce différente de la sienne). Ce n’est qu’une supposition de ma part, mais cette mémorisation a peut-être (???) des répercussions sur le déroulement d’une adoption que l’on croit (trop rapidement) réussie, et qui en définitive échoue à plus long terme.

Expérience sur le polygynisme
Knarf a écrit:
[...]Une situation souvent rencontrée dans la nature : à savoir la pléométrose (association de jeunes reines d’espèce monogyne qui coopèrent durant le début de fondation de la colonie).

Elles le font car le milieu extérieur (en surface) est un milieu de grands dangers, où les prédateurs sont légion. Il faut alors que les jeunes reines se trouvent un abrit très rapidement, profitant des trous creusés par d’autres jeunes gynes.

Celà leur permet en associant ainsi, d’avoir un nombre d’ouvrières de la 1ère génération beaucoup plus important que si elles étaient seules, leur permettant de rentrer en compétition avec les autres colonies voisines plus efficacement (elles monopolisent les ressources alimentaires plus rapidement avec un nombre de fourragères plus important).
Mais la belle histoire s’arrête là : en effet normalement dès l’apparition des 1ères ouvrières, celles-ci tuent les reines en trop. Parfois les reines se battent jusqu’à ce que la mort d’une d’entre-elles surviennne.

J’ai lu qu’il existait tout de même des cas rares (!!!) au sein d’espèces monogynes où plusieurs gynes peuvent coexister et fonder une grande colonie, mais faut tout de même considérer cette probabilité comme proche de zéro.

Alors que se passe-t-il dans ta colonie, je crois que l’avenir nous le dira, avec une forte proba. qu’une des deux reines soit éliminée. (si tu vois qu’une reine se positionne loin du couvain, près de l’entrée du nid, ou que des ouvrières sont dessus de façon un peu trop fréquente et agressive, c’est le signe que sa fin est proche… malheureusement. C’est la reine la moins grosse qui sera écartée ou éliminée).

DMX a écrit:
Expérimentalement on peut obtenir réellement des colonies polygynes viables (rien à voir avec la pléométrose). Les auteurs n'excluent pas l'existence de colonie polygyne in natura :


Source : "Étude de la fermeture de la société au cours des premières phases de son ontogenèse chez la fourmi : Messor barbarus"

Adoption de cloportes
DMX a écrit:
D'après ce que j'ai observé, dans certaines colonies le cloporte n'est pas détecté par les fourmis (copient leur odeur).

Et j'ai également observé une disparition partielle du couvain suite à l'ajout de ces petits monstres (les oeufs des fourmis sont sans doute beaucoup plus alléchant pour les cloportes que les détritus qui y trainent ...).

Concernant leur fonction de nettoyage ... C'est de l'utopie. Si tu as un nid très sale, qu'il y des cloportes ou non ça ne va pas changer grand chose (à moins d'en mettre une tonne).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Synthèse du chapitre 4.01-Date 27/01/2013
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» marathon disney
» POST UNIQUE : Formations horlogères
» Date de paiement du solde du loyer pour vos locations
» de la farication...à la date de péremption?combien de jours.
» Un lien pour la date des semis

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AUTOUR DE LA FOURMI MESSOR BARBARUS :: LA FOURMI MESSOR BARBARUS :: 4. L'ELEVAGE EN PRATIQUE :: 4.01 La colonie : mélange et adoption-
Sauter vers: